top of page

Retraite à taux plein…ne tardez pas à vous constituer un retraite complémentaire individuel !


Obtenir une pension à taux plein de façon automatique à 67 ans sera toujours possible, même avec la réforme envisagée par l'exécutif, et dont le sort est soumis au 49.3 engagé par le gouvernement. Mais le taux plein automatique n'est pas aussi avantageux que vous pouvez le croire. Explications.


C'était l'une des questions soulevées par la réforme des retraites présentée début janvier par le gouvernement : la retraite automatique à taux plein à 67 ans sera-t-elle modifiée ? La réponse est négative. Le système actuel va se poursuivre peu importe l'issue de cette réforme. En effet, l'exécutif a enclenché ce jeudi l'article 49.3 pour faire adopter son texte très controversé à l'Assemblée nationale. Et le vote de la probable motion de censure devrait intervenir lundi prochain.


Pour autant, le taux plein lui ne changera pas. Et ce mécanisme cache de nombreuses subtilités. Si vous l'obtenez, il n'est pas du tout certain que vous touchiez une pension de retraite aussi élevé que prévu. Explications.


Pour pouvoir toucher une retraite de base à taux plein de la part de la Sécurité sociale, et ce sans décote, il faut avoir un nombre précis de trimestres d'assurance retraite : 166 mois, soit 41 ans et un semestre, pour les personnes nées entre 1955 et 1957 ou encore 172 trimestres, soit 43 ans, pour ceux qui sont nés à partir de 1965 selon le projet de réforme des retraites, et non plus 1973 comme à l'heure actuelle.


Attention à la décote


Partir à la retraite avant 67 ans sans avoir le nombre de trimestres d'assurance retraite exigé a pour conséquence de réduire le taux retenu pour calculer votre la pension de base. Dans le privé, le taux plein est fixé à 50% de la moyenne des salaires bruts des 25 meilleurs années. Ce taux sera inférieur à 50% si vous n'atteignez pas l'âge ou le nombre de trimestres requis pour le taux plein.

Ce mécanisme s'appelle la décote. Pour un trimestre manquant, le taux de la retraite est de 49,375%. En effet, chaque trimestre manquant réduit de 0,625 point le taux appliqué à votre pension. Avec 20 trimestres de moins, 5 ans de cotisation donc, le taux de la pension de base passe de 50% à 37,5% !

Mais le système actuel a prévu de limiter les effets de cette décote. En effet, il prévoit que la retraite de base de l'Assurance retraite est accordée à taux plein, quel que soit votre nombre de trimestres validés, en cas de départ à la retraite à 67 ans.


Taux plein et taux maximum, une grosse différence


Mais attention, « vous pouvez avoir une retraite à taux plein et pour autant ne pas avoir une retraite au taux maximum possible », rappelle le site service-public. En effet, le montant de la retraite de base est fonction d'une part, de la moyenne des salaires bruts des 25 meilleures années, et d'autre part, du nombre de trimestres d'assurance retraite.


Illustration concrète avec l'exemple d'une personne née en 1961 avec un salaire brut annuel moyen de 30 000 euros. Elle doit valider ses 168 trimestres requis (42 ans) pour avoir une retraite à taux plein. Sa retraite annuelle de base sera donc de 15 000 euros brut, soit 1 250 euros brut par mois, explique service-public.


Mais dans le cas de figure où elle part la retraite à 67 ans avec seulement 162 trimestres (40,5 ans), sa retraite à taux plein sera plus faible au regard de la règle de calcul :

Salaire annuel brut moyen x 50% x 162 / 168

En l'espèce, sa retraite sera bien à taux plein sans décote, mais elle ne touchera que 14 464,29 euros brut, soit 1 205,36 euros brut par mois. Une différence de près de 45 euros par mois pour avoir cotisé 6 trimestres de moins que les 168 exigés pour obtenir le montant maximum de sa pension.





2 vues0 commentaire

Comments


bottom of page