top of page

Crédit immobilier : ces dépenses qui ruinent vos chances d'avoir un prêt



Certaines dépenses sont susceptibles de faire tiquer le banquier chargé d'examiner une demande de prêt immobilier. Mieux vaut donc les éviter, pour mettre toutes les chances de son côté.


Obtenir un crédit immobilier, la croix et la bannière ? Selon les derniers chiffres de l'Observatoire Crédit Logement CSA, en février, le nombre de prêts immobiliers signés recule de 9,6% par rapport à janvier 2023. Face à la hausse des taux de crédit immobilier, les emprunteurs peinent à concrétiser leurs projets.


Il faut dire les banques sont de plus en plus frileuses. « Aujourd'hui, les banques gagnent peu d'argent avec le crédit immobilier en lui-même, rappelle Cécile Roquelaure, porte-parole du courtier Empruntis. Elles ne veulent donc prendre aucun risque sur le crédit, elles vont s'assurer que le client à financer ne va poser aucun problème. »


Mieux vaut donc montrer patte blanche au moment de présenter son dossier. Pour rappel, vos trois derniers relevés de compte bancaire seront demandés pour l'étude de votre projet. « Le but pour la banque, c'est d'en savoir un peu plus sur votre comportement financier et sur vos façons de gérer vos finances », explique Cécile Roquelaure.


Attention aux dépenses superflues


Dans ce contexte, il est préférable déviter les incidents de paiement. « Il faut montrer que vos finances sont saines, que vous n'êtes pas dans le rouge et qu'il reste de l'argent sur le compte à la fin du mois », développe la porte-parole d'Empruntis.


Dans cette optique, terminer de rembourser un crédit à la consommation peut changer la donne. « Il y a un gros warning sur les crédits conso, notamment les crédits non attribués, confirme Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux. S'il y en a un qui traine, il est préférable de le fermer avant. » Rembourser vos crédits précédents permet également de ne pas impacter votre taux d'endettement et donc de bénéficier d'une capacité d'emprunt plus importante.


Certaines dépenses régulières peuvent également rebuter les établissements bancaires. Ainsi, 1 000 euros par mois en shopping, même avec un salaire de 4000 euros, peut s'avérer problématique. « Tout va dépendre de ce que vous faites du reste, tempère cependant Cécile Roquelaure. Si tous les mois, vous parvenez tout de même à placer 2 000 euros, la banque va se dire que vous avez une grosse capacité d'épargne et une maitrise de votre budget. »


Les jeux d'argent à proscrire


Autres lignes à proscrire sur vos relevés de compte : les jeux d'argent, que ce soit les paris sportifs, le poker en ligne comme le casino. Autant de comportements qui peuvent alerter la banque et vous priver d'un crédit, surtout si ces dépenses sont régulières.


Alors que l'épargne résiduelle est pour certains établissements bancaires une nouvelle condition à l'octroi d'un crédit, l'idée est donc de montrer à sa banque que l'on est capable d'épargner tous les mois. Et là encore, certains choix conforteront plus facilement le conseiller en charge de votre dossier.


« Les placements peuvent aussi être regardés, dévoile Maël Bernier. Une personne qui a placé son épargne sur des produits très à risque comme la cryptomonnaie aura peut-être moins de chance d'obtenir son crédit que quelqu'un qui a ouvert un fond euros sur une assurance vie. »


Evitez les cryptomonnaies


En effet, les cryptomonnaies peuvent, pour certaines banques, être considérées comme du « jeu » au même titre que le poker, et donc être perçues comme un risque sur l'épargne à capter. « Les cryptomonnaies ne sont pas prises en compte dans l'épargne mobilisable, confirme Cécile Roquelaure. Mais là encore, tout dépend de votre stratégie. Si vous mettez 100% de votre épargne dans des cryptomonnaies ou des actions, c'est un placement à risque car il y a une perte potentiel de votre capital. Ça veut dire que vous n'avez pas de marge de manœuvre financière. Si vous faites ça en revanche pour 20% de votre épargne et que le reste est placé, vous ne serez pas considéré comme un profil à risques. »


Vous l'aurez compris, mieux vaut tout mettre en œuvre pour rassurer les banques au moins trois mois avant l'envoi de votre dossier. Si, malgré tout, vous estimez que tous les voyants ne sont pas au vert, pas d'inquiétude, assure Cécile Roquelaure : « Votre dossier ne va pas être accepté ou refusé à cause d'une seule chose, à part si vraiment vous êtes dans le rouge tous les mois. Il y a un ensemble de paramètres qui sont analysés et qui font que la banque accepte ou non. Si vous êtes un peu dépensier mais que vous épargnez quand même, vous pouvez faire un dossier de crédit. » Le tout étant de montrer à la banque qu'elle ne prend pas de risque à vous financer.

8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page